AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE FILM...LE CHANDELIER ET LE FERRAILLEUR

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
breitou

breitou


MessageSujet: LE FILM...LE CHANDELIER ET LE FERRAILLEUR   Jeu 3 Déc - 16:59



COMPOSITION MICHKA.






Dans les principaux rôles….
Simon Haccoun ………………Breitou……..Le marchand de Melha ou Bnina. Puis ferrailleur.
Maurice Haccoun ……………Meyer………Le fils de Simon Haccoun….. Le ferrailleur.
Sébastien Soussine……….Camus…………Le jeune employé ferrailleur.
Antoine Soussine………….…………Le papa de Sébastien antiquaire, expert à la retraite.
Braham Bar Shai…………………………Braham…………………..L’informateur en Israël.


RECIT.

Paris le 2/10/2009.

Tous les événements relatés dans cette nouvelle et les prénoms noms cités sont imaginaires et ne peuvent constituer un plagiat d’aucune nouvelle connue.

MAURICE HACOUN LE FERRAILLEUR.
Monsieur Maurice.

Monsieur Maurice Haccoun, juif né en Tunisie comme son nom l’indique, est un industriel, ferrailleur dans la banlieue Parisienne.
Marié 35 ans, trois enfants, tous inscrits dans une Yechiva du coté de Sarcelles.
Il tient à ce que ses enfants aient une éducation religieuse pas trop rigide.
Il est un homme de bien.
Au trois sénégalais et ses deux manœuvres tunisiens de confession musulmane, il offre trois moutons à chaque Aïd el Idha tandis qu’à Noël, Maurice sait aussi se montrer généreux envers ses huit autres employés de religion catholique. Et cela depuis des années.

Sa bienfaisance est connue dans tout le quartier.

Lorsqu’il roule en voiture, son gros cigare aux lèvres à Sarcelles, dans le quartier dit ‘LES 4 ROSES’, mais qui est loin de sentir ces doux parfums, les jeunes de tous bords et de toutes conditions le saluent par des ‘…Bonjour ou Bonsoir Monsieur Maurice… !’
Monsieur Maurice parle la langue de tous ces beurs natifs du quartier. Il maitrise aussi l’arabe tunisien. Comme son père Simon, né en Tunisie à la Hara. Le fameux quartier juif de Tunis, pas loin de ressembler à un ghetto mais sans les allemands avec les arabes.

Il habite un très grand pavillon à deux pâtés des HLM insipides et tristes de ce quartier, chaud, célèbre pour ces violences. Il aurait pu habiter ailleurs, du coté de Neuilly-sur-Seine mais il dit souvent que ce pavillon lui apporte chance.

Il a gardé ce qu’on appelle chez les juifs tunisiens, la culture de la superstition. Une culture héritée de ses parents qui eux-mêmes l’avaient hérités de leurs grands parents et ainsi de suite, bref, on ne change pas un pavillon qui gagne, un peu comme une équipe ou un bandit manchot de casino qui vous sert à merveille.
Les tunes ont deux choses qu’ils ne maitrisent pas très bien, la superstition et leur maman.

A Suivre….


Dernière édition par breitou le Jeu 10 Déc - 12:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
breitou

breitou


MessageSujet: Re: LE FILM...LE CHANDELIER ET LE FERRAILLEUR   Jeu 3 Déc - 17:01